Conseil 2

  Posséder de bonnes voiles

Les voiles sont le moteur du bateau. A dimensions égales, un jeu de voiles neuf sera toujours plus efficace qu’un jeu de voile usagé dont la forme et la porosité auront évolués. La durée de vie d’un jeu de voiles dépend de la fréquence d’utilisation, des conditions de navigation et de l’entretien que vous portez. Les tissus modernes comme le Kevlar et le Mylar sont légèrement plus chers que le traditionnel dacron mais présentent des caractéristiques techniques plus intérèssantes. D’une part, leur poids est beaucoup plus léger, ce qui favorise grandement les mouvements de tanguage du bateau. D’autre part, leur faible coefficient de déformation permet de les porter avec plus de vent sans faire giter le bateau. En effet, les creux des voiles qui reculent augmentent la gite et diminuent la propulsion. Si les voiles sont en tissu “bloqué”, la forme donnée par le maître-voilier reste intacte ainsi que les performances du bateau. Leur longévité est aujourd’hui aussi importante si ce n’est plus que le dacron. Aucune pénalité n’est appliqué pour les tissus en handicap national, seul le nombre de voiles est limité.

Les spinnakers modernes, issus des compétitions de très haut niveau, sont disponibles dans des tissus nylon ou polyester apprêtés qui leur confére une tonicité très importante. Les tissus sont imperméable à l’air et ne se déforment pas dans les risées, transmettant intégralement la poussée au bateau.

Il est important de faire tailler son jeu de voiles en fonction des caractéristiques du bateau, mais aussi du plan d’eau sur lequel vous régatez.

Si le petit temps est fréquent, demandez des voiles creuses et puissantes. Si votre baie est plutôt ventée, utilisez des voiles plus plates.

Sachez aussi que des voiles fines de bord d’attaque, nécessitent une attention de barre très importante pour conserver une bonne efficacité. Leur plage d’utilisation sera pointue. Si vous n’avez pas une attention de chaque instant, préférez des voiles plus tolérantes.